La Ligue ROC
agit
pour la faune sauvage

 

o LIGUE ROC

o BIODIVERSITÉ

o FAUNE SAUVAGE
     
Espèces sauvages
     Milieux naturels

o NON-CHASSEUR

o ANIMAL SENSIBLE

o CHASSE EN FRANCE

o POUR LES JEUNES

o ACTUALITÉS
     Communiqués
     A l'affiche

o SOUTENIR ET AGIR


VIVRE AVEC LA FAUNE SAUVAGE
Statut de l’espèce rénové
SOS pour les « nuisibles »
Réhabilitons le peuple prédateur
Les petits prédateurs
Les grands prédateurs
Les grands animaux de la forêt
• Défendre les oiseaux migrateurs
Pollution lumineuse
Echinoccocose

PETITS PRÉDATEURS
Belette
Blaireau
Fouine
Hermine
Martre
Putois
Renard

GRANDS PRÉDATEURS
Loup
Ours

GRANDS ANIMAUX DE LA FORÊT
Cerf
Chevreuil
Sanglier

ANIMAUX MARINS
Requins

AUTRES ESPÈCES
Ragondin

EXPOSITIONS
Prédation et biodiversité
L'homme et les prédateurs
Blaireau…le « Bourru » des Bois

ARCHIVES
Eléphants
Ibis chauve
Abeille
Dauphins


La fouine

Eléments de biologie

La Fouine (Martes foina, 1777 Erxleben) appartient à la famille des Mustélidés (Ordre des Carnivores).
Elle vit dans la campagne (bois et vergers) mais aussi à proximité des habitations et jusque dans les villes, gîtant dans les granges et les greniers...
Elle a une très mauvaise réputation. On l’accuse par exemple de commettre des massacres dans les poulaillers. Elle est souvent considérée comme “nuisible”, c’est alors un “puant” actuellement persécuté sans remords alors qu’à l’époque romaine, elle était adoptée pour capturer les souris et dératiser les habitations.

A gauche: Fouine (tête et corps: environ 47 cm pour un poids de 0,8 à 2,5kg; hauteur au garrot de 12 cm).

A droite: Martre (tête et corps: environ 45 cm pour un poids de 1,3 à 2,3 kg; hauteur au garrot de 15 cm)

Les deux espèces ne se croisent pas entre elles. Il arrive qu’elles soient confondues.

La fouine possède un museau assez clair, une bavette blanchâtre descend généralement jusque sur les pattes.

Elle se déplace avec souplesse, grimpe avec agilité, est capable de bonds importants, et nage très bien.

L’accouplement a lieu en été et les petits naissent au printemps suivant, il faut en effet attendre huit mois avant que les ovules fécondés ne s’implantent dans la paroi de l’utérus de la femelle.

Les territoires de chasse sont très variés: lisières des bois, haies et talus, vergers, jardins et abords des habitations. Ils peuvent concerner une aire de 50 à 150 ha et jusqu’à 300 pour certains individus.
L’activité est surtout nocturne.


Alimentation

Extraits du bulletin mensuel de l’Office National de la Chasse, N° 105:
Le régime alimentaire de fouine est extrêment varié, quasi omnivore, ce qui fait considérer l’espèce comme un prédateur généraliste et même opportuniste car elle exploite les catégories alimentaires les plus abondantes.
...La fouine cosomme des petits mammifères, des oiseaux, des oeufs, des fruits, des baies, des insectes, des vers de terre et toutes sortes de déchets divers abandonnés par les hommes.

Régime “carné en hiver et omnivore à dominante frugivore en été et en automne ‘Schmidt, 1943; Waetcher, 1975; Delibes, 1981; Poitevin, 1981; Amores, 1980; Clément et Saint-Girons, 1982). Les petits mammifères dominent sur l’ensemble de l’année et ils représentent de loin les proies principales en hiver. Les espèces les plus souvent capturées sont les campagnols, les mulots, les musaraignes et le surmulot qu’elle est l’un des seuls carnivores proches de l’homme à attaquer avec succès.”


A l’examen de ce régime, du fait de ses préférences alimentaires pour les rongeurs, et de la prédation exercée sur le “rat d’égout”, on peut affirmer que la fouine nous rend service en assurant une sorte de police sanitaire.


Illustration de Jaromir Knotek et Libuse Knotkova extraite de
La Grande Encyclopédie des mammifères,
avec l'aimable autorisation des Editions Gründ, Paris


Que faire en cas de problèmes ?

Deux reproches sont parfois adressés à la fouine:

  • ses sarabandes nocturnes, surtout en période de rut, sont la cause de bruit dans les greniers ou les faux-plafonds;
  • ses incursions dans les poulaillers mal fermés la nuit se ponctuent par la perte de volailles.

Compte tenu de son rôle positif dans la lutte contre les rongeurs qu’ il est préférable de lui laisser assurer, il ne faut donc ni la piéger, ni l’empoisonner. Outre qu’il s’agirait de pratiques cruelles, ce serait de fausses solutions car d’autres fouines occuperaient la place laissée vacante par l’élimination des premières.

IL EXISTE DES METHODES POUR SUPPRIMER LES PROBLEMES:

  1. Chaque soir, fermer soigneusement les portes des poulaillers.
  2. Obturer les accès aux greniers et autres lieux. Veiller à ne pas emprisonner la fouine à l’intérieur. Effectuer ce travail à l’automne quand les jeunes ont abandonné leur gîte ou poser des manchons grillagés qui permettront la sortie mais interdiront toute entrée.
  3. Badigeonner les lieux fréquentés avec un répulsif. Si l’on n’apprécie pas d’utiliser des produits tel le pétrole, mieux vaut les remplacer par un parfum de basse qualité efficace à 100%.

Des informations sur ce thème dans nos publications !