La Ligue ROC
agit
pour la faune sauvage

 

o LIGUE ROC

o BIODIVERSITÉ

o FAUNE SAUVAGE
     
Espèces sauvages
     Milieux naturels

o NON-CHASSEUR

o ANIMAL SENSIBLE

o CHASSE EN FRANCE

o POUR LES JEUNES

o ACTUALITÉS
     Communiqués
     A l'affiche

o SOUTENIR ET AGIR


VIVRE AVEC LA FAUNE SAUVAGE
Statut de l’espèce rénové
SOS pour les « nuisibles »
Réhabilitons le peuple prédateur
Les petits prédateurs
Les grands prédateurs
Les grands animaux de la forêt
• Défendre les oiseaux migrateurs
Pollution lumineuse
Echinoccocose

PETITS PRÉDATEURS
Belette
Blaireau
Fouine
Hermine
Martre
Putois
Renard

GRANDS PRÉDATEURS
Loup
Ours

GRANDS ANIMAUX DE LA FORÊT
Cerf
Chevreuil
Sanglier

ANIMAUX MARINS
Requins

AUTRES ESPÈCES
Ragondin

EXPOSITIONS
Prédation et biodiversité
L'homme et les prédateurs
Blaireau…le « Bourru » des Bois

ARCHIVES
Eléphants
Ibis chauve
Abeille
Dauphins


La martre

Eléments de biologie

La Martre des pins (Martes martes Linné) appartient à la famille des Mustélidés (Ordre des Carnivores).
Elle se différencie de la Fouine par son plastron blanchâtre ou jaunâtre d’une seule pièce, et son museau plus foncé.

A gauche: Fouine (tête et corps: environ 47 cm pour un poids de 0,8 à 2,5kg; hauteur au garrot de 12 cm).

A droite: Martre (tête et corps: environ 45 cm pour un poids de 1,3 à 2,3 kg; hauteur au garrot de 15 cm)

Les deux espèces ne se croisent pas entre elles. Il arrive qu’elles soient confondues.

Dessin de Bernard Duhem - disponible en carte postale

C’est un animal essentiellement forestier, évitant les milieux ouverts et les lieux habités.
Les interférences avec les activités humaines sont de ce fait très limitées (O.N.C. - Bulletin mensuel N° 104; fiche N° 33)
La martre peut vivre 10 à 12 ans. La maturité sexuelle est acquise entre 1an1/2 et 2 ans. L’accouplement a lieu en été (juillet-août) mais la gestation est différée de plus de 7 mois. La naissance des 3 ou 4 petits a lieu en mars-avril de l’année suivante. La mise bas a lieu dans un arbre creux, une cavité de rocher, un vieux nid d’écureuil ou de rapace.

Pour chasser, elle peut effectuer des déplacements de 10 à 15 km.
Son activité est surtout nocturne.

Illustration de Jaromir Knotek et Libuse Knotkova extraite de
La Grande Encyclopédie des mammifères,
avec l'aimable autorisation des Editions Gründ, Paris


Alimentation

Elle varie selon les saisons; elle est principalement constituée:

  • de petits rongeurs (campagnols, mulots, lérots, loirs, muscardins,...),
  • de fruits et de baies du début de l’été à la fin de l’ automne.

Elle comporte aussi dans une moindre proportion

  • des oiseaux (en particulier, des faisans d’élevage lâchés dans la nature),
  • des écureuils,
  • des insectes.


Au total, la Martre ne consomme environ que 150g de nourriture par jour.

La prédation exercée sur l’écureuil ne peut le faire disparaître., au contraire, elle assure la bonne santé de l’espèce. La martre élimine principalement des animaux affaiblis pour diverses raisons (maladies, accidents). Elle joue donc un précieux rôle sanitaire en prévenant les épizooties.

Lorsque la destruction de martres devint très importante, au milieu du XXème siècle, une épidémie se propagea et réduisit considérablement les populations d’écureuils. En outre, ce petit animal fut longtemps tiré au fusil car il était considéré comme indésirable par certains forestiers-chasseurs.

La prédation sur les oiseaux sauvages est marginale et ne peut être rendue responsable de la raréfaction du tétras lyre ou de la gélinotte dans les régions de montagne.

Rappelons que la chasse du tétras est autorisée (coq maillé).
Les accusations portées par les chasseurs ne sont étayées par aucun travail scientifique, et la documentation existante les contredit.


Que faire en cas de problèmes ?

La martre ne s’approchant pas des habitations humaines, les captures de volailles domestiques ne peuvent être qu’exceptionnelles et ne figurent d’ailleurs pas dans l’énumération des proies établies lors des travaux de recherche scientifique.

Le seul problème qui peut se poser est directement lié aux lâchers d’animaux d’élevage pour les besoins d’une chasse artificielle.
Il est bien évident qu’un prédateur cherche à rétablir un équilibre naturel rompu par l’arrivée anormalement massive de faisans d’élevage introduits pour alimenter les chasses communales ou commerciales en “gibier de tir”
Ces nouveaux venus sont en surnombre et n’ont de surcroît aucune capacité d’adaptation au milieu. Le prédateur, comme c’est son rôle, les élimine.
Il ne fait qu’appliquer la loi du moindre effort que tout être vivant fait sienne.

Du fait de cette même loi du moindre effort, il est certain que le gibier de repeuplement constitue souvent une proie facile et particulièrement attrayante, d’autant qu’il est habituellement lâché à une époque où les prédateurs sont en quête de ressources supplémentaires pour l’élevage de leurs jeunes.
Plaisir de la chasse - mars 1988

Des informations sur ce thème dans nos publications !